Paul Mordan prend la parole dans le journal de l'UCM, Union et Action, à propos de la délocalisation du savoir-faire des artisans.

Mis à jour le 10/10/2012

L'Union des artisans du patrimoine (UAP) tire la sonnette d'alarme face aux problèmes de délocalisation du savoir-faire des artisans.

Suite à un courrier d'une ferronnerie d'arts polonaise proposant de réaliser tous types de travaux à prix cassé, Paul Mordan, président de l'UAP, a décidé de réagir. "C'est indécent. Nous avons, en Wallonie, une richesse de main-d'œuvre importante, tant pour le patrimoine que dans d'autres domaines."

La concurrence déloyale qui se met sur la route des artisans pourrait faire perdre certaines spécificités de ces travailleurs. La taille de la pierre, le dessin d'escaliers sont autant de disciplines vouées à disparaître si rien n'est fait pour endiguer la situation. Les artisans craignent cette perte de richesse. La transmission est aussi mise à mal. "Nous voulons simplement être considérés à notre juste valeur", souligne le président de l'UAP. "Nous formons des jeunes, sur le chantier. Nous réalisons un travail précis. Nos entreprises, nos indépendants veulent juste être valorisés pour ce qu'ils font au quotidien. Nous avons besoin de plus de proximité avec les instances qui nous dirigent."

La concurrence déloyale n'est pas le seul problème auquel font face les artisans. La délocalisation du savoir-faire joue aussi les trouble-fêtes. Les artisans, au travers de Paul Mordan, se disent prêts à monter au front pour être entendus. "Je vois presque tous les jours des cas comme les nôtres. Amis routiers, indépendants, journalistes… et tous ceux qui sont confrontés à ce problème devraient être rassemblés dans une cause commune pour défendre notre situation, déjà en péril."

Laurent Zanella

Renseignements

Pour consulter cet article vous pouvez vous rendre sur le site de l'UCM en cliquant sur le lien ci-dessous

[lien externe]