Quelle Europe les Artisans et les TPE vont-ils subir ?

Mis à jour le 8/5/2013

Suite au courrier d'une entreprise polonaise proposant de la main-d'oeuvre à un prix défiant toute concurrence, l'Union des Artisans du Patrimoine réagit vivement et sollicite l'attention et le soutien de la presse et du monde politique.

Madame la Ministre,
Monsieur le Ministre,
Mesdames, Messieurs les journalistes,

Suite au courrier d’une entreprise polonaise proposant de la main-d’œuvre à un prix défiant toute concurrence, courrier reçu par un grand nombre de nos membres, l’Union des Artisans du Patrimoine réagit vivement et sollicite votre attention et votre soutien.

De nombreuses petites entreprises de votre pays, de votre région, sont menacées par l’arrivée massive d’une main d’œuvre peu qualifiée (ouvriers polonais, par exemple) ou très qualifiée (charpentiers hongrois, autre exemple).

Comment les artisans Belges (ne parlons pas des grosses entreprises générales qui, elles, ont déjà bien compris le système) peuvent-ils encore vivre, participer à des marchés publics pour lesquels le prix reste encore souvent le seul critère de sélection ou, au mieux, l’un des critères de sélection les plus importants, et transmettre leur savoir à des jeunes ? Comment comptez-vous défendre les artisans belges contre cette concurrence déloyale ?

Quel avenir voulons-nous en acceptant un système européen, « le détachement », qui permet d’engager des ouvriers pour un salaire de moins de 20 euro de l’heure (16,50 € + 2,50 € de frais de logement), toutes charges comprises ? Alors que l’on connait le prix d’une heure de travail d’un salarié payé en Belgique. Sachant qu’ils ne cotisent pas chez nous et que le salaire gagné est dépensé dans leur pays …

Et ne nous trompons pas de sujet, nous n’avons rien contre les travailleurs étrangers. N’oublions pas que ces personnes qui viennent travailler chez nous doivent, tout comme nous, se loger, se nourrir et élever leurs enfants.

Les artisans sont des entrepreneurs socialement responsables qui ont à cœur de transmettre leurs savoirs à la génération suivante, qui sont passionnés par leurs métiers, qui veulent exercer leurs professions dans les meilleures conditions possibles.

La défense des artisans belges, la promotion de leur savoir-faire ainsi que le développement des activités de leurs TPE doit faire partie intégrante de la politique de développement durable de nos régions, et de notre pays.

En espérant vous rencontrer très prochainement pour discuter ensemble et de vive-voix de cette problématique et des solutions que nous pourrions tous ensemble y apporter, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, Madame la Ministre, Mesdames, Messieurs les journalistes, l’expression de toute ma considération.

Pour l'UAP,
Paul Mordan
Président