La qualité de l’artisan officiellement reconnue : l’avis de l’Union des Artisans du Patrimoine

Mis à jour le 25/4/2016

L’Union des Artisans du Patrimoine est heureuse des précisions apportées par le Ministre des classes moyennes, Willy Borsus, à la définition légale de l’artisan. L’UAP veillera cependant à ce que les entreprises de plus de 10 personnes qui obtiendront le label de qualité soient bien des entreprises au savoir-faire artisanal de qualité.

C’est avec grand plaisir que nous apprenons aujourd’hui les précisions apportées par le Ministre des Classes Moyennes, Willy Borsus à la loi portant définition légale de l’artisan. La reconnaissance de la qualité des savoir-faire est en effet essentielle à la définition et à la reconnaissance de nos métiers. Cependant nous continuons à insister sur l’importance de différencier d’un point de vue légal les entreprises de moins de dix personnes qui forment la toute grosse majorité des entreprises artisanales en Belgique. En effet, comme nous l’avions fait remarquer en son temps à Madame Sabine Laruelle et que nous l’avons rappelé à Monsieur le Ministre Willy Borsus, le savoir-faire ne peut se transmettre de la même manière ni le travail s’organiser/se réaliser pareillement dans une entreprise de 20 personnes ou dans une entreprise de moins de dix personnes dans laquelle le « patron » travaille sur chantier/en atelier, épaule les jeunes, leur transmet son savoir-faire et se charge de la gestion administrative.

L’Union des Artisans du Patrimoine veillera à être présente au sein de la commission qui validera le titre « d’artisan » afin de vérifier que les entreprises de plus de dix personnes qui obtiendront le label de qualité seront bien des entreprises au savoir-faire artisanal de qualité et non pas des entreprises dans lesquelles la production est semi-industrialisée.

Le lien ci-dessous vous permettra de lire le communiqué de presse du Ministre des Classe Moyennes Willy Borsus

Renseignements

[lien externe]